La protection du site s'étend sur 35 hectares autour du château comprenant plusieurs arbres centenaires mais aussi un certain nombre d'éléments tant naturels que bâtis.

Actuellement, ceux-ci ne sont pas valorisés, l'objectif serait à terme de les réhabiliter et de les réaménager en créant par exemple un potager d'inspiration Renaissance ou encore une salle de réception à l'intérieur des communs. 

 

De plus, le petit patrimoine rural comme la glacière ou le lavoir nécessitent une restauration avant d'être réintroduits et suffisamment explicite dans le parcours de visite.