Une demeure remarquable 


Les scribes du moyen-âge écrivaient en latin « Cauda rasa » (Queue coupée),  pour souligner sa situation géographique en fin de coteau, orienté Est-Ouest, sur un promontoire rocheux.

  

De l'époque médiévale nous n'avons hélas que peu d'éléments, il semble cependant qu'une petite forteresse en bois entourée d'une palissade de bois et de fossés s'y trouvait au XIe ou XIIe siècle. 

 

 Une anecdote célèbre est relatée dans les chroniques de Jean de Froissart se rapportant à la légende « du diable d'Orton », fantôme de son état, ayant hanté le château de Coarraze à partir de 1320. 

 

Il fut rasé  en 1510 pour cause de félonie d'un baron de Coarraze qui occupait les lieux, après un assaut de trois jours . 

A la Renaissance, le château fut reconstruit dans un style Italien, par la famille d'Albret-Miossens, cousins du futur Henry IV ( il en reste les cuisines et le portail d'entrée). Ce dernier, né à Pau le 13 décembre 1553, fut confié aux bons soins de sa tante qui vivait à Coarraze. Ainsi, il fut élevé à la dure  « tête et pieds nus » au milieu des petits villageois entre 1554 et novembre 1557.

 

Cette nouvelle demeure brûla accidentellement, à nouveau en 1684. On la laissa en ruines pendant une vingtaine d'années, avant de la rebâtir dans un style florentin, aujourd'hui Monument Historique, que nous vous invitons à venir explorer.